Accueil Recommandé par l'Équipe Du temps à revendre @ Martin DuTou

Du temps à revendre @ Martin DuTou

par Stephane Belanger

J’ai eu le plaisir de rencontrer Martin à l’automne dernier. On s’est tous les deux vite rendu compte que nous avions le même profil d’entrepreneur « en série », mais que nous ne l’utilisions pas du tout de la même manière. Cela a tout de suite piqué notre curiosité mutuelle ! Et c’est entre autre cette curiosité sans borne qui a conduit Martin là où il est rendu aujourd’hui…

Texte coécrit avec Karyne Plouffe

Très jeune, Martin a pris conscience qu’il veut VIVRE et toucher à plein de domaines différents. Épicurien de nature, il aime avant tout profiter des bonnes choses de la vie avec simplicité. Son désir le plus ardent est d’atteindre et de maintenir la liberté financière afin qu’il puisse jouir encore plus de la vie. Et il y est arrivé ! Aujourd’hui, à l’âge de 33 ans seulement, il est indépendant financièrement et il peut en être très fier.

Il a tenté comme tant d’autres personnes d’arriver à ses fins en occupant un emploi. Mais il s’est vite rendu compte que cette option ne lui permettrait pas d’arriver à son but puisqu’avec un travail, le salaire finit toujours par plafonner. Ou encore, c’est le nombre d’heures travaillées qui devient trop élevé. Il aurait fallu qu’il occupe deux à trois emplois pour atteindre le niveau de revenu minimal qui lui permettrait d’atteindre son but. Et ce qu’il aime également, c’est gérer son horaire. Être employé n’avait donc pas de sens pour lui. C’est alors que Martin a fait le choix conscient au début de sa vie d’adulte de ne jamais plus travailler pour une autre personne que lui-même.

C’est donc à 19 ans qu’il lance sa première entreprise, les Productions Art’iculé. Il explique que ça n’a pas été trop difficile pour lui de se lancer en affaires puisque, depuis qu’il est jeune, il prend les choses au sérieux et il tient ses engagements. Mais pour y arriver par contre, il a dû nécessairement faire des choix différents.

Une réussite déterminée par son style de vie

Martin achète sa première voiture neuve à 22 ans et il se procure sa première maison à l’âge de 24 ans. Ça prend de la discipline pour arriver à atteindre ce niveau de vie là à cet âge. Est-ce qu’il a mis tous les plaisirs de la vie de jeunesse de côté pour y arriver ?

Pas complètement. Son côté épicurien se devait d’être satisfait de temps à autre. 😉 Même s’il aime s’amuser, il a fait des choix judicieux pour être capable de s’acheter ce qu’il voulait au moment opportun. Sa grande maturité a sans aucun doute été un solide atout!

Il choisit de se restreindre de temps en temps. Par exemple : il n’acceptait pas toutes les invitations de sorties avec ses amis. Il limitait certaines autres dépenses. Il a fait également le choix de ne pas voyager. Mais maintenant qu’il peut se le permettre, c’est un désir qui commence tranquillement à prendre forme.

Il faut dire que Martin a eu de bons modèles entrepreneuriaux. Son grand-père et son père lui ont indiqué la bonne route sans nécessairement vouloir l’influencer dans son choix de carrière. Martin nous confie que ses prédécesseurs ont plutôt voulu lui ouvrir toutes les portes possibles afin qu’il fasse un choix éclairé. Avec ce précieux enseignement, Martin a réalisé qu’il pouvait avoir le plein contrôle de sa vie et de son avenir.

Planifier pour être libre

Ce qui est fascinant chez lui, c’est sa façon de prioriser les tâches qu’il a à réaliser pour ses entreprises. Il les planifie dans le but de se libérer du temps plus tard. Puisque sa valeur primordiale est la « liberté », il la place au cœur de toutes ses actions afin qu’un jour non lointain, il puisse savourer plus de temps de qualité seul et avec ses proches.

Comme il avait commencé à générer des revenus avec sa première entreprise de façon plus régulière et engendré des profits, il a décidé d’acheter une salle de réception. Son choix était logique et profitable :

« Au lieu que mes clients louent des salles pour que je m’occupe de l’animation, je vais m’en procurer une que je pourrai louer et inclure dans mon offre de services ».

Mais comme la vie d’entrepreneur est remplie de rebondissements, à peine quelques jours avant l’offre d’achat de la salle de réception, sa conjointe lui annonce qu’elle est enceinte. Soucieux de se rendre disponible pour sa famille durant le mois suivant l’accouchement, il planifia ce moment en déléguant des contrats par exemple.

À lire également : L’instinct d’une leader

Saisir les opportunités de croissance

Sans le savoir, cette belle surprise de la vie allait lui en offrir une autre… Afin de privilégier des moments de qualité passés en famille, il se crée une façon propre à lui d’optimiser les processus internes de ses entreprises. Il apprend à planifier judicieusement son agenda afin d’être en mesure de se libérer du temps. Par exemple, il s’arrange pour placer ses rendez-vous d’affaires durant la journée ou après le coucher de son enfant.

Il nous confie que l’arrivée de son enfant a ouvert la porte à d’autres façons de faire des affaires. Il amenait parfois son bébé lors des réunions. Mais lorsqu’il doit s’absenter durant des moments prévus en famille, son garçon, âgé maintenant de 4 ans, l’aide à ne pas sentir coupable. Il semble bien comprendre la réalité de son père. Il lui dit « Ok, tu peux y aller papa, si c’est pour ton travail ou voir des amis… ».

« Ça fait un peu mal de voir son enfant aussi indépendant à cet âge-là ! Mais en même temps c’est aidant en tant que papa, puisque ça me permet de prendre du temps pour moi sans me sentir « trop » coupable… ».

Martin réalise à quel point son garçon lui fait penser à lui lorsqu’il était lui-même enfant. Il est très curieux, il est logique, il fait des liens facilement, il porte une attention aux autres enfants de son âge. Et par-dessous tout, il aime apprendre !

Un « lifestyle » à son image

Ça ne nous est pas arrivé souvent d’échanger avec un entrepreneur qui s’arrange concrètement pour avoir plus de temps libre. La plupart des entrepreneurs se plaisent presque à dire qu’ils travaillent entre 80-90 heures par semaine. Et que très souvent, ils n’ont pas toujours le temps de bien manger, de boire et de profiter de moments pour eux ou en famille.

Pour Martin, ça semble être tout le contraire! Il s’organise pour que ses obligations liées à ses entreprises soient moins prenantes. Et ce, tout en s’investissant à leur réussite. Il travaille parfois des journées de 10-12 heures, mais il s’assure que les journées suivantes soient moins chargées. Il se dit épicurien, alors il aime profiter de la vie. Que ce soit une bonne bouffe, pour savourer un alcool de qualité, passer du temps de qualité avec ses amis, sa famille…

Autrement dit, toute la planification en lien avec ses entreprises semble tourner autour de la qualité de vie qu’il s’est créée. Il ne vise pas de faire plus d’heures de travail pour faire plus d’argent. Il vise d’optimiser la rentabilité de ses entreprises afin de pouvoir se dégager du temps. C’est un mindset différent et inspirant ! C’est ça la vraie « liberté » à notre humble avis. Faire travailler l’entreprise et l’argent pour soi et non devenir « l’esclave » de son entreprise ou de l’argent. Une citation apprise lors de la lecture du livre « Père riche, père pauvre ».

Il travaille également de chez lui pour arriver à ses fins. Je rappelle que Martin n’a que 33 ans et il a déjà une solide mentalité de croissance. Le secret de sa réussite est assurément son équilibre de vie entre sa vie personnelle et professionnelle, ce dont la plupart des gens se plaignent. Il y est arrivé. 😊

Sa curiosité le pousse à se dépasser

C’est plaisant d’échanger avec Martin pour différentes raisons. Entre autres, le fait qu’il a un rare profil d’entrepreneur ; il est ce qu’on appelle un « multipreneur » (ou un entrepreneur en série). Martin a possédé jusqu’à six entreprises en même temps et pas dans les mêmes secteurs d’activités !

Martin est aussi très curieux et il aime apprendre et comprendre les choses. En côtoyant des entrepreneurs de différents domaines grâce à ses entreprises, cela nourrit sa curiosité au maximum ! Il voit donc ça comme un atout et non une difficulté. Ses intérêts sont d’ailleurs diversifiés, ce qui lui permet d’attirer à lui des projets d’affaires très différents les uns des autres.

Il crée sa propre recette à succès

Martin a une facilité à comprendre et à résoudre les problèmes liés aux entreprises. C’est même devenu sa passion. Il a développé une « recette » propre à lui qui lui permet d’optimiser les entreprises de façon à ce qu’elles soient rentables dans un assez court délai. Peu importe le modèle d’entreprise !  Par exemple, il identifie les dépenses à diminuer et il augmente les sources de revenus, il réorganise les RH, etc. « Je suis devenu le chef cuisinier de la reprise d’entreprises ». 😉

« Une entreprise n’est pas si complexe. Pour qu’elle soit rentable, c’est toujours la même recette de base… Pour ma part, je définis un plan selon ce que j’ai observé des aspects qui peuvent être améliorés et ensuite, je suis mon plan à la lettre… Donc, si tu sais quels ingrédients utiliser, si tu suis les étapes, ça donne toujours un résultat, peu importe l’entreprise… Puis si tu fais une erreur, assure-toi de ne pas la répéter! »

À chacun ses défis

Son esprit d’analyse, sa compréhension des affaires et sa logique sont assurément des atouts précieux pour gérer plusieurs entreprises comme il le fait avec tant de brio. Et le travail d’équipe est très important selon lui.

Cependant, en tant qu’entrepreneur, Martin a dû apprendre à gérer les imprévus et pour lui, c’est vraiment difficile. Il n’accepte pas d’être en retard. Il se fait donc un devoir d’être à l’heure et souriant pour ses clients. Par exemple, ses trajets sont toujours prédéterminés à l’avance dans son GPS lorsqu’il va à la rencontre de ses clients. Un retard sur sa route peut lui donner une sueur froide !

L’entrepreneur a dû aiguiser son discernement au fil des ans. Il est celui qui est toujours là pour les autres, mais il ne s’est pas toujours fait rendre la pareille ! Auparavant, il avait tendance à être « trop gentil » et il m’avoue que cela lui a beaucoup nui en affaires. Il est le type de personne qui apprend de ses erreurs et essaie toujours de s’améliorer à travers les journées plus difficiles.

Un entourage inspirant

On parle souvent qu’en affaires on doit savoir s’entourer de personne d’expérience pour nous éclairer ou nous inspirer. Ou encore, de gens qui vont nous mettre en contact avec les bonnes personnes pour passer au prochain  niveau.

Pour Martin, mis à part sa famille et sa femme (qui connait également du succès en affaire), une personne l’a inspiré depuis quelques années. C’est son ami Daniel Lemire (pas l’humoriste), spécialisé en géomarketing et très réputé au Canada. Également, auteur d’un livre « Se sortir de la classe moyenne ». Surtout pour son sens des affaires, sa façon de présenter les choses, sa mémoire infaillible. Mais aussi pour son sens de l’analyse des marchés.  Martin ne lit pas beaucoup mais il cite un auteur qu’il trouve vraiment très inspirant de par son incroyable accomplissement, Normand Piché. Celui-ci raconte son exploit via son livre « Cinq continents à la nage ; Une odyssée sportive et humaine ».

Il se considère très privilégié d’être maintenant entouré de gens très riches dont des investisseurs. Il est agréablement surpris de constater à quel point ces gens sont accessibles, simples, passionnés de l’entrepreneuriat et de la vie autant que lui.

Choisir ses opportunités d’affaires

Au cours de sa jeune vie d’entrepreneur, Martin a déjà été le propriétaire de huit entreprises au total! Actuellement, il en a deux à son actif. Il a rencontré un nombre important d’entrepreneurs au cours des dernières années et le nombre de propositions d’affaires a augmenté considérablement au point qu’il doit être sélectif et il doit en refuser.

Martin semble être rendu à une étape déterminante dans sa vie d’entrepreneur. Il sera donc très intéressant de le suivre durant son futur parcours et de prévoir une entrevue dans 5 à 10 ans ! 😉

Nous lui souhaitons autant de rester aussi authentique et ouvert aux autres qu’il l’est actuellement.

Texte coécrit par Karyne Plouffe et Stéphane Bélanger

À lire également : Une culture d’entreprise avant-gardiste

Crédits photos : Karyne Plouffe

Un merci spécial à Caroline Roberge pour la révision et la correction.

Nous vous invitons à venir rencontrer Martin DuTou ainsi que plusieurs autres hommes inspirants lors du lancement du livre dans lequel il fait partie, le 19 septembre prochain. (Consultez l’information sur l’image qui suit)

SVP prévoyez apporter le 25$ en argent pour l’achat du livre (prix spécial lancement)

Publications qui pourraient vous intéresser

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite