fbpx
Accueil Recommandé par l'Équipe Le succès, une obsession

Le succès, une obsession

par Joey Joyful

À la recherche de sa raison d’être

Faire un travail dénué de sens peut devenir rapidement très pénible.

Un entrepreneur qui se respecte va chercher à aller dans une direction qui le transporte, le motive et qui a du sens pour lui.

Il devient rapidement clair que, pour avoir un tantinet de succès, l’entrepreneur se doit d’être quelque peu « obsessionnel » dans son désir de réussir. 

Je m’explique. 

Si ton succès tu peux l’avoir demain ou le mois prochain, alors ton succès n’est pas primordial dans ta tête.

Mais si le succès devient une obsession pour toi, alors là, c’est inévitable que tu l’atteignes. 

Et le succès, nous le définissons tous différemment. 

Pour une personne, ce sera être capable de donner faire la meilleure coupe de cheveux possible pour à son client; pour une autre, avoir des enfants heureux dans sa maisonnée. 

Une troisième verra le succès lorsqu’elle sera en mesure d’acheter une Tesla modèle 3, rouge avec l’option d’autoconduite (oui, je l’avoue, ce n’est pas « elle » qui rêve d’une Tesla… c’est moi). 😉

Bref, je veux dire que chacun définit son succès. 

Et c’est important de le définir, sinon, comment savoir quand nous l’aurons atteint ? 

Alors, comment définir son succès ? 

Pour le trouver, j’y suis allé par 4 chemins.

Le modèle auquel je fais référence est le IKIGAÏ qui se traduit par « but de la vie », ou « sa raison d’être ». C’est une méthode japonaise qui permet d’aligner ce que l’on aime faire dans la vie, ce dans quoi on est bon, ce dont le monde a besoin aujourd’hui et ce pour quoi l’on peut être rémunéré.

Ikigai reussite
stock.adobe.com

À l’intersection de sa PASSION, de sa MISSION, de sa PROFESSION et de sa VOCATION se trouve son IKIGAÏ.

Voici comment trouver ton IKIGAÏ, ta RAISON D’ÊTRE

Sur une feuille, dessine quatre cercles qui s’entrecroisent comme dans l’image ci-dessus ou ci-dessous.

Un cercle pour chacun des 4 chemins définis plus haut. 

Remplis chacun des cercles avec ce que tu aimes, ce dans quoi tu es bon, ce pour quoi tu peux être payé et ce dont le monde a besoin aujourd’hui (voici la liste de lecture Spotify que j’utilise pour me délier le cerveau de ses nœuds – danser, chanter, respirer profondément et rire sont aussi de bonnes façons d’augmenter la plasticité mentale). 

  • Sache qu’à l’intersection de ce que tu aimes faire et de ce dans quoi tu es bon se trouve ta PASSION
  • À l’intersection de ce que tu aimes faire et de ce dont le monde a besoin se trouve ta MISSION.
  • Entre ce dans quoi tu es bon et ce pour quoi tu peux être payé est ta PROFESSION.
  • Et, finalement, ce pour quoi tu peux être payé et ce dont le monde a besoin aujourd’hui est ta VOCATION.

Dans le centre, à l’intersection des 4 chemins, se trouve ton IKIGAÏ. Ce qui pourrait potentiellement t’amener plus de JOIE, de SATISFACTION et de SENS à ta vie que n’importe quoi d’autre. 

Et ne prends pas mes paroles pour du « cash », fais-en l’expérience toi-même. Tu verras. 

Pour savoir si l’exercice est réalisé comme il faut, à la fin de l’exercice, c’est ton « corps » qui va te l’dire. Et vu que ton corps ne parle pas avec des mots, il va te l’dire avec des sensations.

Tu auras des frissons, la chair de poule, un sentiment d’espace sera créé dans ta poitrine, peut-être une légèreté, une chaleur, un bien-être. 

Une envie de RIRE, un SOURIRE béat sur ton visage. 

Quand je l’ai fait, au centre de mon IKIGAÏ, se trouvaient les mots : CONFÉRENCIER, PROFESSEUR, AUTEUR, COACH. 

Je dois dire que je planais ! Mais en même temps, j’avais aussi peur. 

Car confronté à nos rêves, il existe souvent une peur d’échouer. Mais surtout une peur de réussir.

En ayant vécu toute une vie selon les attentes des autres, se choisir est très déstabilisant et je me sens un peu « imposteur » en tant qu’entrepreneur si je suis totalement honnête avec toi. 

Mais le syndrome de l’imposteur, c’est le sujet d’un autre article. 

Allez !

Fais l’exercice de l’IKIGAÏ toi aussi et découvre pourquoi tu es ici. 

Va trouver ta raison d’être. 

À +

Joey Joyful

Crédits photo : Unsplash Ruthson Zimmerman & StockAdobe

Publications qui pourraient vous intéresser

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite