fbpx
Accueil Portraits Entrepreneurs L’entrepreneuriat dans l’sang

L’entrepreneuriat dans l’sang

Entrevue avec Scott Simons d'Organik

par Stephane Belanger

Dès que j’ai rencontré Scott, j’ai été enchanté par sa bonté, sa sagesse, sa prestance d’homme d’affaires et par la façon dont il utilise sa sensibilité pour rester connecté aux causes qu’il promeut. Ces qualités font de lui une personnalité des plus charismatique à connaître !

Depuis 2002, la mission de Scott est d’inspirer une pratique quotidienne de santé/mieux-être. Ce que j’admire aussi chez lui, c’est qu’il inspire naturellement les gens parce qu’il applique lui-même ses enseignements. Il a su développer une posture d’expert dans son domaine, avec ses 2 000 heures de formation en tant que professeur de yoga, de méditation, de coach santé et d’entraîneur personnel.

Lorsque l’on a l’opportunité d’échanger avec lui, on sent son énorme dévotion pour la cause humaine et planétaire. S’il avait la possibilité d’aider encore plus de personnes avec davantage de projets, il le ferait ! Scott Simons est un multipreneur dans l’âme qui s’est investi dans plus de quatre projets sociaux.

Avec cet article, il désire inspirer la belle communauté du e-magazine à pratiquer le mieux-être au quotidien.

À travers son parcours d’entrepreneur et ses défis liés à la santé mentale, vous découvrirez un modèle de persévérance, d’authenticité et de sagesse que vous pourrez appliquer dans votre propre vie.

On peut le connaître à titre de conférencier, de président d’Organik, les activités de réseautage 5 à SWEAT, cofondateur de l’OBNL DESTA Réseau de jeunesse noire et cofondateur du tout nouveau BE HUMAN CLUB.

Bonne lecture !

Stéphane

P.-S. Scott est bilingue. Pour offrir plus d’authenticité à son entrevue, j’ai volontairement laissé l’intégralité de ses citations en anglais (que j’ai traduites en français).

L’ADN entrepreneurial coule dans ses veines

Scott fait partie des rares entrepreneurs qui sont nés parmi une 6e génération d’entrepreneurs d’une entreprise familiale, celle de la grande famille canadienne Simons, reconnue depuis plus de 175 ans pour les entreprises de mode au Québec. Comme on dit, il a l’entrepreneuriat dans l’sang !

Mais avant de parler du parcours entrepreneurial de Scott, parlons de ses défis ainsi que du sentiment d’être perçu comme le mouton noir de la famille pour les raisons suivantes. Dès son jeune âge, il cumule les échecs scolaires. Sa vision des affaires diverge de celle traditionnelle : il se voit comme un écopreneur avec le profit qui est au service de sa mission, la planète et le mieux-être des êtres humains qui l’habitent.

 

À la recherche de sa propre voie

Scott me confie qu’il a goûté à l’amertume des échecs très jeune, durant son parcours scolaire. De la maternelle au Cégep, il accumule les mauvaises notes et essuie plusieurs revers. Cela le fragilise face à l’image qu’il développe de lui-même, ainsi que celle de sa famille puisqu’il a le réflexe de se comparer aux personnes qui ont réussi.

Une fois à l’université, en fournissant un peu d’efforts, il réussit à redresser la barre en obtenant de bonnes notes. Il prend conscience que le système d’éducation est davantage conçu pour former des « employés », avec un cadre et des méthodes précis, ce qui ne convient pas et n’est pas adapté pour un entrepreneur. Au lieu de l’aider, l’éducation lui nuit puisqu’elle crée des doutes pour devenir entrepreneur à son tour.

En se comparant avec sa famille, il se dit qu’il doit « exceller » dans quelque chose… mais quoi ? Voyant les portes de son avenir se fermer une à une, et n’ayant aucune idée de ce qu’il va faire dans la vie comme activité professionnelle, il termine ses études sans aucun plan de carrière en main.

À cette époque, il ne se reconnaît pas du tout dans l’idée de devenir lui-même un entrepreneur avec le monde des affaires traditionnel qu’il connaît. N’ayant pas de personnalités d’affaires ayant les mêmes valeurs que lui dans son entourage et qui pourrait lui servir de modèle, il choisit de vivre en dehors des standards qu’il connaît pour tenter de trouver sa propre voie.

Choisir les influences qui impactent sa vie

Scott vit ses premières 19 années sous la pression et l’influence de la réputation du succès des Simons qui le précèdent. Au lieu de le motiver et l’inspirer, celle-ci le confronte à ses nombreux échecs.

Vivant plusieurs conflits intérieurs en plus de problèmes familiaux, il tombe sous l’influence des drogues pour lesquelles il développe une forte dépendance. Tentant de fuir sa réalité, il développe progressivement une dépendance pour ces substances et il touche le fond pour la première fois. Il se retrouve confronté, à l’âge de 19 ans, à faire un choix majeur pour sa santé : séjourner dans un centre de désintox pour enrayer sa dépendance aux drogues.

Après quelques mois pendant lesquels il travaille à améliorer son développement personnel au centre, il réalise la grande fragilité de la santé mentale et combien il est important d’en prendre soin.

Il prend conscience de ses conflits intérieurs et il y met de l’ordre. Il réalise qu’il ne peut être l’entrepreneur qu’il ambitionne de devenir s’il n’est pas aligné avec ses valeurs de santé/mieux-être. Et s’il ne met pas en pratique des exercices spécifiques qui le maintiendront en santé et aligné avec celles-ci, il ne va pas réussir à atteindre ses objectifs d’écopreneur, ce qui serait un autre échec dans sa vie.

Pour trouver sa mission, il prend conscience qu’il doit développer sa propre influence intérieure, celle liée à ses valeurs et ses motivations. Avec laquelle il se bâtit une solide discipline.

 

La découverte de sa motivation profonde lui sert de fondation pour sa future mission

Durant son séjour au centre de désintox, il fait la rencontre d’un mentor qui l’inspire à transformer sa vie. Avec son soutien, il apprend à s’aimer tel qu’il est et il lui transmet le goût d’apprendre. Non seulement par la lecture et des formations, mais également par l’expérimentation de plusieurs pratiques de santé optimale.

Pour ce faire, il est invité à participer à une expédition avec un groupe de 22 personnes, en pleine forêt, avec des exercices et le partage authentique des expériences de chacun. Au bout de quelques semaines, il trouve le feu sacré en lui qui l’incite à changer sa vie.

Il fait le choix décisif se prendre en main et de valoriser l’importance de la santé mentale et physique en développant de saines habitudes au quotidien.

Tout le monde devrait vivre avec une santé optimale et une connexion avec la nature.

Il découvre qu’il n’est pas seul à vivre avec des défis liés à la santé mentale et que, s’il peut réussir à se défaire de ces dépendances, entre autres, il peut aider d’autres personnes à se sortir de cette impasse également.

Cette expérience a allumé la flamme intérieure qui l’a éclairé pour y découvrir la fondation de sa future mission, celle d’inspirer une pratique régulière de mieux-être.

Sa mission : inspirer une pratique mieux-être au quotidien. Il atteint sa mission en offrant des expériences santé aux gens afin de les inspirer/motiver à transformer leur vie avec simplicité.

Pour moi, la santé n’est pas une croyance, c’est une expérience.

Entreprendre à contre-courant

Il y a 25 ans, les valeurs écologiques et humanitaires en affaires étaient vues comme étant marginales. Scott décide tout de même de lancer son premier projet d’entreprise malgré l’impopularité de ses services. Il le fait parce qu’il croit fortement aux bienfaits d’une santé globale pour atteindre son plein potentiel par une pratique de mieux-être au quotidien.

Il développe donc un mode de vie qui lui permet de développer une forme de « posture entrepreneuriale » qui favorise la connexion avec sa force intérieure et la capacité de résilience face aux obstacles rencontrés en entreprise ou en tant qu’experts du mieux-être.

 

Les obstacles majeurs entravant l’expansion vers son plein potentiel

Lorsqu’il démarre ses premières entreprises, il décide de ne miser que sur lui-même, sans aucun support financier ne provenant pas de sa famille ni d’autres formes de soutien d’ailleurs. Il bâtit sa compagnie seul et tente de vivre ses premiers succès.

C’est un défi très difficile à atteindre puisque ses anciens conditionnements ne tardent pas à revenir le hanter. Pour atteindre niveau optimal de santé et de succès, il est confronté à reconnaître ses croyances limitantes et à leur faire face.

Il faut comprendre qu’il se définit davantage comme étant un écopreneur. Ce qui signifie pour lui qu’il se sent au service des gens et qu’une entreprise doit agir en tenant compte du bien-être de la planète.

Autrement dit, les profits générés par une entreprise doivent d’abord être au service des gens, de la raison d’être de l’entreprise et de la planète avant tout.

Profit at the service of people, purpose, planet

Durant les premières années en affaires, vue de l’extérieur, il ne semble pas que ses entreprises réussissent. Ce qui lui impose un lourd fardeau puisqu’il avait été élevé avec une vision très différente de la façon de mesurer ce qu’était une entreprise à succès ou rentable.

Scott a donc rencontré cinq grands challenges qu’il a dû surmonter pour devenir l’entrepreneur charismatique qu’il est aujourd’hui. Ses défis personnels sont ceux-ci :

  1. Le mindset lié à la comparaison. Son premier réflexe est de comparer son niveau de réussite au succès monstre de celui de sa famille. Il doit constamment calmer sa petite voix qui le rabaisse et le confronte au même succès familial qu’il n’a pas.
  2. La croyance populaire liée à l’effort. Il tente de garder sa santé en adoptant l’ancienne mentalité, celle qu’il fallait «travailler dur pour faire de l’argent ».
  3. Une motivation divergente. Il réalise qu’il n’est pas attiré pour vendre un service avec comme seul but de faire de l’argent. Il est plutôt attiré par le fait de pouvoir ajouter de la valeur et d’avoir un impact bénéfique pour ses clients.
  4. La perception négative envers l’argent. Il admet que le succès qu’il a le plus de difficulté à atteindre est le succès financier. À l’époque, sa perception de l’argent est liée à la croyance qu’il ne mérite pas l’abondance ni la réussite.
  5. Les événements extérieurs. Le 11 mars 2020, dû au début de la pandémie, il perd 100 % de son business en seulement 5 heures.

 

Transformer ses obstacles en leviers de croissance

  1. Il se compare à lui-même. Il décide de se comparer à la personne qu’il était hier. Puis il vise de progresser de 1 % tous les jours dans les sphères de sa vie qui demandent à être améliorée. C’est le fait de s’exercer chaque jour qui compte pour Scott, pour devenir la meilleure version de lui-même.
  2. Travailler plus intelligemment. En ayant comme objectif de maintenir une santé optimale, cela lui permet d’être créatif face aux différentes possibilités de générer des revenus de façon plus simple et efficace. Ex. : Utiliser des systèmes automatisés aide à concentrer ses efforts aux bons endroits.
  3. Lier sa motivation à sa mission. Aujourd’hui, il est très inspiré par l’impact de ses projets et la valeur ajoutée qu’il apporte aux entreprises et aux communautés qu’ils servent.
  4. La juste importance de la richesse. Scott est de plus en plus à l’aise avec le fait de générer beaucoup d’argent. Il reconnaît que plus il en aura, plus il pourra promouvoir sa mission, et ainsi, permettre à un plus grand nombre de gens de jouir d’un niveau de santé optimale. Mieux comprendre les finances est l’une des choses qu’il aurait aimé apprendre plus jeune. Il développe la perception que l’argent est un moyen par lequel on peut faire du bien (à soi-même et aux autres) et qui permet d’accéder au bien-être, et parfois même au bonheur.
  5. Il n’y a pas de croissance sans sortir de sa zone de confort. Il est conscient que les événements imprévisibles le poussent continuellement en dehors de sa zone de confort et qu’ils sont des occasions pour lui de croître personnellement ou de trouver une autre façon de faire du business. Par exemple, il a transformé son entreprise 100 % en ligne. À ce moment de sa vie, croître signifie : être plus doux avec lui-même et revenir plus assidûment à sa pratique quotidienne. Tu ne peux pas croître sans échec.

You can’t growth without failure.

Aujourd’hui, il accepte ses défis et ses nombreux échecs de façon plus sereine. Cela fait partie « du jeu » de l’entrepreneur d’en vivre. De plus, il s’est bien entouré de gens qui vibrent à des fréquences similaires à la sienne, ce qui lui permet de rester dans la game.

Le succès revisité selon Scott Simons

J’aime particulièrement sa définition du succès, qu’il a modifiée quelques mois avant cette entrevue, me dit-il. Pour lui, le succès est un état, une fréquence, une posture. Après avoir vécu plusieurs épisodes dépressifs et quelques burn-out, il se rend compte que le succès est entre les deux oreilles.

C’est un mindset, un choix que l’on doit décider de faire à chaque jour, voire presque à chaque instant en tant qu’entrepreneur. Autrement dit, le succès est un état de résonance qui vibre avec ses valeurs, sa mission et sa raison d’être.

Le succès est un état de cohérence entre ce que tu penses, ce que tu dis et ce que tu fais.

 

Le mieux-être ne s’achète pas

Puisqu’il se définit comme un « serviteur de la santé », ce qui le motive profondément, c’est de fournir des services qui contribuent au bien-être des personnes, des communautés et des entreprises. Pour Scott, il est essentiel de briser l’isolement, de bouger, d’apprendre à respirer et de se relaxer pour maintenir une meilleure santé possible.

Sa mission étant d’inspirer les gens à la pratique du mieux-être au quotidien, cela le motive énormément à pratiquer quotidiennement lui-même. Étant donné que la santé ne peut s’acheter, on doit s’entraîner au quotidien pour l’atteindre et la maintenir. Il est comme un catalyseur pour ses clients.

Comme il dit si bien : « Vous ne pouvez pas simuler la pratique quotidienne. Les gens le ressentent lorsqu’ils me rencontrent, ils savent que je m’exerce quotidiennement, ils reconnaissent que je suis un pro et non un amateur ».

You can’t fake the daily practice. People feel it when they meet me, they know I practice daily, that I am a pro and not an amateur…

Enseigner par l’exemple est l’une des forces de Scott que l’on reconnaît et apprécie tout de suite chez lui.

 

Quand la discipline mène à la liberté

Scott croit que la pratique de la santé au quotidien est d’abord et avant tout un état d’esprit. Pour lui, le simple fait de se lever du lit et de « se présenter » pour faire sa pratique représente déjà 80 % de la pratique. Surtout les matins où l’on n’a pas envie de se lever ou de s’activer pour effectuer des exercices.

Ce n’est pas quand on se lève qui importe, c’est comment on se lève.

C’est lorsqu’il dépasse cette résistance mentale à la pratique qu’il se sent le plus libre, moins réactif, plus proactif envers sa journée et sa vie.

 

Les effets bénéfiques d’une saine pratique de mieux-être

Pour se maintenir dans sa zone optimale de santé à tous les jours, Scott choisit de se lever très tôt. Il pratique différentes activités entre trente minutes à trois heures consécutives : méditation, pranayama, yoga, spining, gym, douche froide. Cela inclut aussi de bien dormir et de bien se nourrir.

Les bienfaits sont nombreux : + d’énergie + concentré + inspiré + productif + conscient + calme + souriant + moins de stress + briser l’isolement

Pour Scott, se lever tôt et s’entraîner au quotidien est devenu un mode de vie. C’est d’ailleurs ce qu’il vise de partager avec le plus grand nombre de gens possible, via ses entreprises. Aujourd’hui, il est fier de dire qu’il poursuit sa mission avec une profonde détermination, et ce, depuis maintenant plus de 25 ans !

Discipline leads to freedom – Practice, daily.

 

Pour en savoir plus sur Scott Simons

Profil Instagram de Scott

Profil LinkedIn de Scott

Récente entrevue

Courriel : scott@beorganik.com

 

Sa culture d’entreprise idéale

Une équipe de praticiens du bien-être inspirés qui travaillent sur des projets inspirants. Une culture basée sur la pratique individuelle et en équipe, où toutes les actions et décisions découlent de discussions proactives en équipe et de séances de remue-méninges. Une culture de communication profonde, d’ouverture, d’acceptation, où le leadership est situationnel, contextuel, lié à la compétence, au talent et à l’expertise et non à la hiérarchie. Une culture du jeu, sans se sentir coupable – travailler dur, jouer plus fort – nous nous amusons sérieusement.

A culture of play, work hard, play harder – we have serious fun! 😉

 

 

Pour en savoir plus sur ses entreprises

Organik : beorganik.com

BE HUMAN CLUB : behuman.club

Behumanclub : https://www.instagram.com/behumanclub/

Activité de réseautage & santé 5 À SWEAT

 

Organik mieux-être en entreprise

Organik offre des services mieux-être aux entreprises et leurs employés depuis 2006. L’équipe de courtier mieux-être Organik crée des expériences clé en main. Leurs services vont du yoga, de la méditation, Pilates, bootcamp et Zumba aux conférences, massages, consultations privées et notre service par excellence, les pauses Énergie Organik. Leur réseau d’experts aide les employés à bouger, respirer, gérer le stress et l’anxiété et, surtout, inspirer des pratiques saines au quotidien.

Studio Virtuel Organik

Organik santé corporative a décidé de mettre sur pied un studio de mieux-être virtuel pour répondre à la demande de plusieurs clients durant cette période d’adaptation qui nous affecte à tous les niveaux. Leur mission est d’aider les employés et leur famille à conserver une bonne santé physique et mentale dans leur nouvelle réalité de télétravail.

 

BE HUMAN CLUB.

Scott Simons et Joey Joyful ont lancé le BE HUMAN CLUB pour créer un espace de dialogue sain, des événements mieux-être, une communauté de praticiens et des produits équitables.

 

Ses implications dans la communauté

Le projet DESTA (2006) : une école alternative pour de jeunes adultes marginalisés.

Le Centre Padua (2004) : un centre communautaire de mieux-être avec yoga, méditation et dialogue.

Publications qui pourraient vous intéresser

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez le désactiver si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite