fbpx
Accueil Recommandé par l'Équipe Parcours d’un entrepreneur audacieux et passionné @ Marco Roy

Parcours d’un entrepreneur audacieux et passionné @ Marco Roy

par Stephane Belanger

L’art de faire une différence en suivant son instinct

Marco a marqué positivement la vie de centaines d’entrepreneurs au Québec. Certains se souviennent du jeune de 19 ans rempli d’ambition lançant sa propre bannière indépendante dans le milieu de l’immobilier. D’autres nous parleraient de la réussite de son entreprise de lunetterie où il a contribué au développement des affaires du produit EasyClip® fort populaire dans les années 2000.  Ensuite, le développement des affaires pour le plus grand manufacturier au monde Luxottica (Rayban, Oakley et d’autres grandes marques), une entreprise familiale italienne.

Ou encore, les chefs d’entreprise suivant des formations à l’École d’Entrepreneurship de Beauce mentionneraient son immense contribution lorsqu’il était impliqué comme coach entrepreneur-athlète durant 7 ans. Récemment, c’est via l’Alliance des coachs qui vient en soutien aux entrepreneurs vivant des difficultés durant la crise actuelle où il est l’initiateur et cofondateur.

À ce jour, Marco a accompagné plus de 500 personnes, cumulé près de 1000 interventions de groupe, d’équipe ou de comité de direction. Il nous dévoile les coulisses de sa vie entrepreneuriale.

En résumé, c’est une personne à l’écoute des gens et du marché. Il est attentif aux signes de la vie et il sait reconnaître le marché là où il peut faire une différence.

Quand l’intention est le fondement des objectifs

Lorsqu’il parle de son travail de coach, on ressent tout de suite sa passion pour les gens. Sa mission : Amener les gens à rayonner par leur plein potentiel et leur leadership afin qu’ils contribuent à une société meilleure, qu’ils aient du succès (selon leur propre définition) et qu’ils trouvent un sens à ce qui les fait sortir du lit chaque matin.

Comme coach, il travaille avec la définition d’objectifs, mais avec une approche plus centrée sur ce qui vient des tripes. C’est là qu’on retrouve le plus de neurones… Par exemple, au lieu d’y aller avec l’approche conventionnelle qui consiste à écrire les buts et faire la liste des actions pour les atteindre, il ajoute l’intention. Il pose des questions du style : « Quelle est l’intention derrière les objectifs ? »

À la place de parler de « plans stratégiques », j’utilise plutôt les termes « d’intentions stratégiques ».

Il m’explique que trop souvent, les actions amènent les équipes dans différentes directions. On finit par perdre le véritable sens pour lequel on veut atteindre les objectifs. Cela se situe plus au niveau cérébral. Tandis qu’avec l’intention c’est plutôt les tripes, la passion, la « drive ». Les actions attirent le focus sur ce qui est vraiment important pour l’entrepreneur, le dirigeant et l’équipe. Ainsi, c’est plus facilement réalisable puisque ça recentre sur quelque chose dont on a le contrôle, et non seulement sur les circonstances extérieures liées au marché par exemple, me précise Marco. L’intention fait place à la discussion et implique les besoins de l’équipe en lien avec la vision de l’entreprise. Ce qui facilite l’alignement, l’engagement, la confiance des membres et des communications qui sont des défis majeurs en entreprise.

Est-ce que l’objectif te donne le goût de te lever le matin pour le réaliser ? Connaître l’intention permet de garder la motivation tout au long du chemin vers l’objectif.

Mais d’où vient cette fougue d’entrepreneur ?

Pour en savoir plus sur sa mentalité d’entrepreneur & sa routine quotidienne, consultez l’article « Le mindset de Marco Roy » en cliquant sur ce lien.

L’entrepreneuriat : une aventure grandeur humaine

Marco me raconte que son grand-père était quincaillier dans son village et que son père a connu du succès dans le secteur de l’immobilier. Très jeune, il a donc été imprégné dans la dynamique entourant l’entrepreneuriat et les défis d’être entrepreneur. Son entourage pensait qu’il se faisait payer ce qu’il s’achetait comme sa voiture, mais en réalité, il a toujours payé ses biens. Son père voulait qu’il se responsabilise. À partir de 12 ans, il travaillait déjà durant l’été. Il a toujours été reconnu pour être très travaillant.

À l’école, il me partage qu’il était le tannant qui s’est fait retirer de plusieurs établissements puisqu’il avait de la misère à fonctionner dans un cadre rigide. Il se faisait dire qu’il ne ferait jamais rien de bon dans la vie. Et pourtant…

Poussé par la conviction de réussite

Son père aime bien faire les choses à sa manière et s’organise pour que les personnes sous son autorité respectent ça. Bien que son père l’inspire comme entrepreneur, Marco décide de goûter à la liberté en quittant sa famille pour aller s’établir à Québec à 18 ans. Il avait grand besoin de sortir des cadres qui le restreignaient et surtout, de montrer de quoi il était capable.

À ce moment, trois grands rêves le motivent : devenir millionnaire, posséder son île déserte et rencontrer Donald Trump ! (Marco voulait savoir comment il avait fait pour réussir aussi bien et être reconnu de la sorte !) Il me partage qu’aujourd’hui, il remplacerait Trump par Obama pour sa personnalité charismatique et son leadership humaniste, sans faire de comparaison politique.

Sans argent ni réseau, mais poussé par la conviction qu’il allait réussir dans ce domaine, il suit une formation d’agent immobilier et obtient sa licence. Il lance sa propre bannière spécialisée en courtage commercial et une autre en gestion immobilière avec un associé. Le jeune homme débordant de confiance se faisait regarder de haut par les gens d’affaires du milieu, avec leur moyenne d’âge de 40 ans, leur grande expérience et leur influence. Il a dû en surprendre plus d’un par son positionnement rapide sur le marché.

Un peu plus tard, son père qui était en sabbatique avait le goût de travailler avec son fils. Après une bonne conversation authentique sur les conditions mutuelles de collaboration, Marco accepte. Ce fut un moment fort où une amitié s’est créée au-delà du lien père-fils !

Son agence a connu plusieurs succès et a acquis en notoriété. (Il y a même eu un article dans le journal où il était  surnommé… le « Joe Sakic » de l’immobilier). La relève de cette entreprise a été prise par son frère.

Le courage de faire face aux aléas de la vie d’entrepreneur

Durant cette même période, à l’âge de 20 ans, un événement l’oblige à changer significativement ses plans; il devient papa d’un garçon.

Vous vous souvenez du krach immobilier dans les années 90 ? Marco oui. Il avait environ 25 ans. Au début de la crise, il s’en sort plutôt bien puisqu’il investit dans les reprises de finance. Cela est profitable jusqu’à ce que certains dossiers, plus complexes, deviennent en attente d’acquisition pendant plusieurs années. « C’était une « game » qui se jouait à la dure puisqu’il y avait de gros joueurs qui voulaient les mêmes immeubles ». Il n’avait pas l’expérience ni la maturité qu’il a aujourd’hui. Marco se retrouve à subir des pertes financières qui l’amènent à déclarer faillite. Il a tout perdu : voiture de luxe, immeubles, maison … tout !

Son père décide de garder la compagnie de courtage et Marco poursuit sa route sans lui. Il continue d’opérer son entreprise Services immobiliers Roy où son frère est venu s’associer à son père quelques années plus tard.

Suivre ses aspirations pour donner plus de sens à sa vie

Aimant les belles choses et ayant une grande facilité avec le service client, il démarre une entreprise dans le domaine de la lunetterie où il agit au développement des affaires durant 14 ans. Il s’allie avec deux importants distributeurs, Aspex et Luxottica, deux entreprises internationales familiales. Il contribue au lancement de EasyClip® qui fut un très grand succès encore reconnu du domaine de la lunetterie 20 ans plus tard. C’est l’une des raisons qui fait qu’aujourd’hui, il aime et comprend les enjeux des entreprises familiales à forte croissance.

En 2003, soit quelques années après ses débuts dans la lunetterie, il réalise qu’il va bientôt atteindre le bout de cette expérience et il commence à s’ennuyer. Il lui manque quelque chose, un nouveau sens à sa vie.  Il annonce à son fournisseur principal : « Je pars faire la route de Compostelle ! »

Très jeune, j’avais le goût de voyager avec un pack sac, mais je me suis retenu afin de respecter mes engagements et mes responsabilités.

Voyager, un rêve qu’il n’avait jamais osé faire parce qu’il avait commencé à travailler très jeune et qu’il ne prenait pas vraiment de vacances… Ce voyage lui apporte un fort sentiment de liberté qui alimente l’explorateur passionné en lui.

Il part durant un mois et demi avec la confiance que « la vie va l’aider à mettre les choses en place à son retour ». Marco a préalablement tout mis en place avant de partir pour que les affaires continuent de bien fonctionner une fois revenu. Il me précise qu’il était même prêt à perdre de gros contrats pour écouter son aspiration d’aventure. Même s’il ressent une certaine crainte, le désir de découverte est trop fort! Ce qu’il a découvert ? L’impermanence, le climat, les gens, la route, les besoins, la douleur et le plaisir… Que tout change continuellement.

J’ai appris à faire confiance en la vie.

Quand la santé et les affaires vont de pair

Marco est très curieux et il aime apprendre et lire sur le développement personnel. D’ailleurs, il a lui-même souvent été accompagné par plusieurs coachs et mentors très inspirants. Il aime suivre des formations et faire des retraites, en passant par la méditation et le yoga.

Passionné par le vélo et attiré par une nouvelle philosophie d’entraînement physique, voire même spirituelle; le Spinning, il part rencontrer le fondateur Johnny G., créateur de Spinning®, pour mieux comprendre sa philosophie et son modèle d’affaires. Convaincu des bienfaits, il revient au Québec et part son studio Spynergy Spinning.

Avec maintenant deux enfants, le voilà reparti à la conquête d’un nouveau marché pour les 5 prochaines années! Il continue également dans la lunetterie. Quelle est donc sa formule de succès ?

(ÉNERGIE x HUMAIN) + (OPTIMISTE – EGO) = SUCCÈS

L’année sabbatique qui occasionna un revirement inattendu

Commençant à éprouver des douleurs au dos et des problèmes de sommeil, il restreint progressivement les sports et les activités qu’il apprécie.

À force de travailler 80 heures par semaine et vivre sur l’adrénaline, on ne se sent plus physiquement.

Il rencontre son médecin et celui-ci lui dit qu’il a une maladie grave au dos et il se peut que cet état dégénère jusqu’à n’être plus en mesure de marcher. De plus, il a besoin d’une opération dans les deux avant-bras pour les tunnels carpiens. Le médecin spécialiste lui confie qu’il part à la retraite et qu’il a le goût de lui faire un cadeau : « Je peux t’opérer d’ici deux semaines. » Cela implique que Marco doit arrêter de travailler. Il prit le weekend pour réfléchir, puis il répond au médecin : « J’accepte! »

J’étais pourtant à mon pic dans les ventes mensuelles et je faisais plus de 80 000 km par année ! Mais j’ai quand même dit « oui » pour me faire opérer.

Le timing ne pouvait pas être mieux pour lui puisqu’il souhaitait justement prendre une année de congé de business! Il vend son studio de Spinning® et il part avec sa conjointe de l’époque pendant plus d’un an et demi.

Durant son périple rempli d’aventures significatives telles qu’un « road trip » en Californie et des voyages de vélo, il prend plusieurs moments pour réfléchir à son avenir et il songe au coaching et à sa prochaine entreprise.

Je rencontrais déjà des amis entrepreneurs pour les challenger et leur échanger des conseils. J’ai toujours eu cette passion en moi de chercher à mieux me comprendre et comprendre mon impact via les interrelations avec les autres.

L’importance d’être bien entouré

C’est lors d’une rencontre avec son ami Rémi Tremblay de la Maison des leaders qui lui dit : « Pourquoi ne serais-tu pas payé pour les services que tu offres déjà gratuitement ? »

Puisque les rendez-vous se suivent, et ce, sans publicité, il décide de suivre une formation reconnue en coaching et incorpore sa marque « Étape 21 inc. ». On est alors en 2010.

La majorité des dirigeants sont fiers d’avoir un coach… Ils comprennent mieux leurs interactions avec leur équipe de direction et parfois avec toutes les équipes.

Il développe une spécialité dans l’accompagnement de dirigeants d’entreprise et des équipes où il parle des vraies affaires afin de mieux comprendre la réalité des gens et de pouvoir les assister efficacement.

Ce sont les humains qui font le succès des entreprises et d’une société.

Son expérience unique avec l’École d’Entrepreneurship de Beauce

Il y a quelques années, il était sur le point de faire l’acquisition d’une boite de consultation et d’accompagnement d’entrepreneurs lorsqu’une toile s’est tissée autour de lui. Différentes personnes influentes de son entourage sont venues à lui pour l’informer d’un poste de coach à l’École d’Entrepreneurship de Beauce.

N’ayant pas besoin d’un job puisque son entreprise était rentable, mais avec la pression de ses contacts qui insistaient sur l’importance de cette opportunité unique, Marco finit par accepter le poste de coach d’entrepreneur-athlète. Durant 7 années, il a donc eu le privilège d’accompagner des entrepreneurs de renom de plusieurs domaines d’activités via tous les programmes de formation. Il a même initié le lancement de la première cohorte Émergence, le prestigieux programme Élite, le Cercle Sélect qu’il a eu la chance de coacher avec Robert Dutton, ancien président de Rona. Des rencontres mémorables avec des entrepreneurs-entraineurs, des rencontres telles que Alain Lemaire de Cascades, Paul Démarrais JR et plus d’une centaine d’autres et autant d’entrepreneurs-athlètes.

Une collaboration internationale exceptionnelle

Il y a 5 ans, durant une convention en France où se trouvaient 3500 entrepreneurs de l’Apm (l’Association pour le Progrès du Management), Marco a rencontré M. Pierre Bellon, fondateur du groupe l’APM et ancien président fondateur de Sodexo. L’Apm a été lancée dans le but de créer des rencontres où les dirigeants peuvent partager leurs expériences, rompre l’isolement et débattre de leurs problématiques managériales. L’organisation s’est aujourd’hui développée et est devenue un mouvement, un véritable état d’esprit entrepreneurial à contre-courant.

Il se fait proposer de créer un groupe à Québec. Aujourd’hui, c’est la seule cellule canadienne! Marco a le privilège d’accompagner ce groupe depuis sa fondation, ce qui l’amène à travailler avec des clients en Europe. APM est dans 40 pays et comprend 400 clubs à travers le monde, 400 experts de renom comme des astronautes, des généraux de l’armée, des athlètes et des entrepreneurs de renom et 8000 entrepreneurs.

La business, c’est un terrain de jeu pour faire grandir et évoluer les humains… ou les faire mourir à petit feu.

Pour en savoir plus sur sa mentalité d’entrepreneur & sa routine quotidienne, consultez l’article « Le mindset de Marco Roy » en cliquant sur ce lien.

Pour en savoir plus sur Marco Roy, Président, Coach et Catalyseur chez Étape 21 inc

Site web : Étape 21 Inc. 

LinkedIn 

Recommandation de lecture par Marco : « Le pouvoir de l’intention » du Dr Wayne Dyer.

Crédits photo : Francis Quirion

Crédits design de l’image de couverture : Mélissa Lachance

Un merci spécial à Caroline Roberge pour la révision du texte.



Publications qui pourraient vous intéresser

2 commentaires

Mindset et rituels de Marco Roy | Mindset Entrepreneur Magazine 15 septembre 2020 - 11h47

[…] Questions complémentaires à l’article de couverture que vous retrouverez ICI  […]

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite